AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

le forum ferme ses portes, merci à ceux qui ont contribué à le faire marcher un petit moment ❤
il sera sûrement recyclé à d'autres fins, si jamais une idée lumineuse me vient héhé!

Partagez | 
 

 purple rain. (artemius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité

Invité


MessageSujet: purple rain. (artemius)   Lun 8 Fév - 19:39


    En équilibre sur les pédales de son vélo, elle fait tourner les hélices, prêtes à s'envoler. Les roues s'emballent, traversent sans les voir les dalles sur le sol de la vieille ville. Il est encore tôt et les fenêtres restent closes alors qu'au loin par dessus la mer le soleil commence à se lever paresseusement. On est dimanche, et personne ne se lève si tôt le dimanche, à l'exception du pasteur et son épouse qui répètent à voix haute leurs prières dans l'arrière cuisine, sous la photo d'un dieu en piteuse état. Et leurs voix unis, ça réveille Abby presque à chaque fois. Parfois, il lui disent de venir, de s'asseoir elle aussi pour prier. Mais Abby ne prie pas, parfois elle s'agenouille à côté de sa mère, et puis elle ferme les yeux pour ne pas la rendre plus triste qu'elle ne l'est déjà, mais Abby ne prie pas les sourds. Ce matin là, elle est sortit avant qu'ils ne la voient, son sac à dos d'adolescente perché sur son dos de jeune fille. A l'intérieur, ses livres de cours, des vieilles partitions chiffonnées, un peu d'argent et un briquet qu'elle a trouvé par terre la veille. Ce matin là sur son vélo, Abby elle rejoint l'église en bas de la rue. Un des privilège de sa famille que celui de vivre aux frais de la paroisse en amont de Belletour. Personne ne fait attention a elle quand elle fait tomber son vélo par terre, et qu'elle vient pousser l'épaisse porte de bois qui garde close la maison de monsieur seigneur dieu. Aussi étonnant que cela puisse paraître, elle aime cet endroit. Au milieu de toute cette tristesse qu'on exhibe, elle se sent forte, apaisée, protégée aussi par les murs épais qui l'entourent. Sans faire attention à rien, elle traverse l'allée centrale, jette un coup d’œil au christ crucifié dans un coin et s'en écarte en soupirant. A l'opposé, il est là, statique, posé sur ses pieds larges, le musicien, le piano qu'elle approche comme on approche un ami, avec le cœur qui bat fort dans la poitrine, et le soulagement de retrouver l'autre. Ici, elle sait qu'elle peut en disposer à sa guise. On ne lui a jamais offert pareil instrument, hors de question, l'argent devait partir ailleurs. Mais Abby a toujours eu ce droit qu'on ne donnait qu'a elle de venir s'installer derrière le piano de l'église pour jouer. Jouer, c'est ça.

    Assise sur le tabouret de bois, elle sort de son sac les livres qu'elle dépose sur le dessus de l'instrument, décidée à travailler jusqu'à ce que les premiers fidèles ne franchissent la porte qu'elle a elle même franchit un peu plus tot. Doucement, ses doigts effleurent les touches et Abby sourit. Elle va réviser jusqu'à ce que la porte ne s'ouvre, elle se le répète alors que sa seconde main vient rejoindre l'autre sur les touches du piano qu'elle caresse sans qu'il ne fasse de bruit. Il est l'ami fidèle a qui l'on peut tout confier sans prendre le risque d'être trahit, celui qui ne parle pas dans les silences, qui s'abstient de juger. Abby souffle, doucement, parcourut par un frisson. Pourquoi les églises sont elles toujours aussi froides ? D'un geste de la main, elle repousse les livres et les déposent au pied de l'instrument de musique. Elle révisera plus tard. D'abord elle laisse ses doigts s'abandonner à la musique, ouvrir les notes, laisser filer des sons qui murmurent de jolies choses. Sur ses lèvres un sourire, alors que sous ses doigts pâles chante la musique. Abby vit, vit très fort, jusqu'au moment où un bruit sourd derrière elle l'oblige à arrêter. L'église est déserte, et la jeune fille se retourne vers une pièce vide, à l'exception de cet homme qui dressé plus loin semble aussi surpris qu'elle de se retrouver là. Enfant pudique, gênée, elle retire ses doigts du piano, se retourne, glisse une mèche de cheveux derrière son oreille. Parle Abby, parle donc. Mais elle ne parle pas. La bouche entre ouverte, elle s'apprête à l'interroger sur sa présence ici mais ravale sa question. Face à lui, elle le dévisage sans prendre conscience qu'elle pourrait le gêner. Son visage lui semble familier, elle est pourtant certaine de ne pas le connaître. Allez savoir pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
 
purple rain. (artemius)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [IOSYS] Purple rain united : Alice's unbelievable assault
» 2008 - Ellowyne Wilde - Purple rain
» purple rain (ugo)
» Echange - Je cherche Heavy rain contre Mafia 2
» Rabid rabbit? Purple lights but still offline.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WEEKDAYS OF ASTRONAUTS :: take a modern break :: rp abandonnés-
Sauter vers: